Historique

La commune d’Eurville-Bienville était composée de deux villages avant 1972, le 21 janvier 1990 lors d’un référendum la population s’est prononcée à une fusion simple (date de la fusion association).

EURVILLE

La première mention écrite du village date de 887 sur un document de l’abbaye de Montier-en-Der. On y trouve «  Altharius villa » ou « Urtis villa » selon les auteurs, du nom d’un propriétaire « Altharius » et de « villa » qui signifie domaine.

Beaucoup plus tard, en 1107 on voit « Autarii villa » ; en 1164, le nom est écrit « Oervilla », puis « Orville » en 1385, « Ureville » en 1387 et « Eurville » en 1538.

Lors de la création des départements en 1790, Eurville fut rattaché au district de Saint-Dizier et choisi comme chef-lieu d’un canton qui regroupait les communes de Bienville, Chamouilley, Eurville, Narcy, Laneuville-à-Bayard, Prez, Roches, Villiers-aux-Bois. Avec la réforme de 1800, le nombre de cantons fut réduit de 71 à 28 et Eurville a été placé dans le canton de Chevillon.

Le château d’Eurville

Château d'Eurville, avant et aujourd'hui
Château d’Eurville, avant et aujourd’hui

Construit au 18ème siècle, le château d’Eurville a été rénové et agrandi en 1838 ; construction d’un 2ème étage avec des mansardes par ses propriétaires, les barons de Lespérut. Pendant 76 ans, de 1808 à 1884, 3 barons vont se succéder à la mairie d’Eurville. Les trois seront également conseillers généraux, un sera député et un autre président du conseil général de Haute- Marne.

Le baron François de Lespérut, anobli par Napoléon 1er suite à ses faits d’armes remarquables en Silésie, est à la tête d’une fortune considérable, il possède les usines d’Eurville, des fermes à Eurville, Bienville et à Narcy, une tuilerie au Bois Sottier à Narcy, des bois à Gourzon, Chevillon, Chatonrupt, 650 hectares en forêt du Val où il organise des chasses à courre.

Le domaine est resté dans la famille jusqu’en 1954 ; descendants des de Lespérut, les familles de Monicault et les marquis des Réaulx, derniers propriétaires. Le château, l’orangerie, la maison du régisseur, le pigeonnier, la conciergerie, les communs et le parc ont été achetés par la commune qui aménagera trois salles de classe et des logements pour les enseignants dans le château. La dernière classe sera fermée en 1988.

Le régisseur du château

Régisseur du château d'Eurville

Un régisseur était chargé d’administrer un immense domaine pour le compte des châtelains. Il gérait le personnel (15 domestiques en 1904), les terres agricoles louées à des fermiers, un immense potager avec des serres et des vergers, l’exploitation des bois, l’organisation des chasses à courre.

Il était un notable de la commune.

A la fin du 19ème siècle le régisseur Pierre Henrionnet qui avait une famille nombreuse a demandé, à plusieurs reprises au châtelain de mettre à sa disposition un logement plus vaste. Ainsi en 1890 débute dans le parc du château la construction d’une belle bâtisse, de style alsacien dite « MAISON DU REGISSEUR ». Cette vaste habitation bourgeoise comporte 3 niveaux avec de nombreuses pièces et des dépendances. Sa charpente en châtaignier est particulièrement remarquable, des escaliers et balcons de bois rehaussent le charme de cette demeure de caractère.

Le gendre de Pierre Henrionnet, Monsieur Jolly sera le dernier régisseur. Le marquis des Réaulx n’occupe plus le château vers 1935, il s’établit dans son château de Coclois (Aube), Monsieur Jolly devient alors régisseur d’un autre domaine à Charost (Allier). Il reviendra à Eurville avec son épouse prendre sa retraite vers 1950.

Pendant la seconde guerre des troupes d’Occupation s’installèrent dans la maison.

Propriété de la commune, le rez de chaussée de la maison a été occupé par Madame Ernestine Decriem, directrice de l’école des filles, jusqu’en 1980 ; deux appartements sont loués au 1er étage.

Le parc du château à Eurville

Dans le parc, on peut voir :

  • L’orangerie flanquée de ses deux serres au début du 20ème siècle. Le bâtiment, classé à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques, a fait l’objet de travaux de rénovation en 1988.
  • Le pigeonnier construit au 19ème siècle. Sa rénovation a été effectuée en 2013.
  • La maison du régisseur.

L’église d’Eurville et sa chapelle

chapelle_eurvilleL’église Notre Dame en sa Nativité a été inaugurée le 10 octobre 1855.

Pour rappeler l’activité métallurgique du village, on a représenté saint Eloi, patron des forgerons, avec son marteau, sur le vitrail de droite.

La construction de la chapelle a été décidée en 1869 mais elle ne sera réalisée qu’en 1873.

Les forges d’Eurville

Les forges au début du 20ème siècle.
Les forges au début du 20ème siècle

BIENVILLE

Une tradition orale fait remonter l’existence du village au 5ème siècle puisque la patronne de la paroisse, Sainte Ménehould y serait décédée en 490. Aucune trace écrite ne permet d’affirmer cette hypothèse.

Cependant la première mention du nom du village ne remonte qu’à 1137 sur un acte concernant les droits des templiers de Ruetz dans le village contestés par les habitants, ce qui a nécessité l’intervention de l’évêque de Châlons.

On trouve au 12ème siècle le nom de « Binvilla » formé de villa qui signifie domaine d’un certain Bivinus. En 1235 le village est orthographié « Bienvilla » et même « Buienvilla » en 1249. En 1289 on trouve « Bienvile ». C’est en 1498 qu’apparaît l’orthographe définitive, à savoir « Bienville ».

Depuis 1972 Bienville est fusionné avec Eurville dans la commune d’Eurville-Bienville.

L’église Sainte-Ménehould a été construite en 1557, mais n’a été consacrée qu’en 1623.

Vitrail de l’église datant du 19ème relatant la vie de sainte Ménehould.

Cette chapelle a été construite à l’emplacement de la villa où serait morte Sainte-Ménéhould en 490. Au même endroit se trouve une source dont les eaux ont longtemps été considérées comme miraculeuses. On y trempait des linges d’enfants malades. S’il flottait, c’était la guérison,s’il coulait, c’était la mort assurée. Cette chapelle a été bénite le 14 octobre 1849. On continue à célébrer un office au mois d’octobre en souvenir d’un pèlerinage qui s’y tenait chaque année.

Ce château a vraisemblablement été construit par Maurice Jean-Baptiste Thomassin de Bienville (1716-1782) à l’emplacement d’un ancien manoir. Le plan du bâtiment principal est rectangulaire et sur les côtés, on peut voir deux ailes en retour. L’aile Nord Ouest semble la plus récente et comporte une chapelle dont l’existence est attestée en 1771.

Le château de Bienville est une propriété privée.

La mairie-école des garçons a été construite en 1841 et 1842 sur un pâquis communal. Le puits a été creusé en 1844. Une deuxième salle de classe a été rajoutée sur la partie droite en 1894. Le bâtiment qui servait d’école de filles avait été donné en 1872 par la famille de Joybert à la condition incontournable que l’enseignement soit assuré par des religieuses. A la suite du décès et du non-remplacement de la sœur institutrice en 1891, la commune a été obligée de construire une école de filles pour permettre à une institutrice laïque d’y enseigner. Le bâtiment a été construit de 1892 à 1894. En 1988, les écoles ont été réaménagées pour accueillir les enfants des classes maternelles d’Eurville-Bienville. Le bâtiment n’est plus utilisé en tant que Mairie.
Toutes les informations de l’historique ont été tirées du fascicule de Hubert HUSSON.

Partager ! Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone